Now reading: « AstroKatie » Mack à propos de la fin de tout
Menu
Fermer
Fermer

« AstroKatie » Mack à propos de la fin de tout

« Fondamentalement, les gens s’intéressent au cosmos » [traduction], a déclaré l’astrophysicienne Katie Mack dans une récente entrevue à la radio anglaise de Radio-Canada.

Si vous suivez les sciences dans Twitter, vous la connaissez sous le nom @astrokatie. Avec plus de 330 000 abonnés, l’astrophysicienne théoricienne Katie Mack vulgarise depuis plus de 10 ans des problèmes scientifiques complexes à l’intention de membres curieux du grand public.


« Jusqu’à quel point l’univers est-il grand? Combien y a-t-il d’univers?

« Cela dépend de la définition de l’univers. Notre univers OBSERVABLE a un diamètre d’environ 90 milliards d’années-lumière, centré sur nous (parce qu’il y a une limite à la distance à laquelle nous pouvons voir). C’est ce que nous appelons souvent en pratique ‘l’univers’. »

Professeure adjointe à l’Université d’État de Caroline du Nord, Mme Mack est actuellement à l’Institut Périmètre pour un séjour de 6 mois à titre de boursière Simons-Emmy-Noether. Cette semaine, elle a fait partie des membres élus de TED en 2020, qui comprennent d’éminents penseurs, activistes, entrepreneurs et leaders.

Elle a récemment été invitée à l’émission Fresh Air de la radio anglaise de Radio-Canada, animée par Nana aba Duncan, pour parler de la matière sombre et de la désintégration du vide. Elle a raconté comment son intérêt pour la science a été nourri par sa mère. Elle a aussi parlé de son prochain livre, intitulé The End of Everything (Astrophysically Speaking) (La fin de tout – sur le plan astrophysique), qui aborde 5 manières possibles dont l’univers pourrait disparaître.

« Les gens sont réellement fascinés par l’univers, dit-elle. Quand on arrive à en parler — en évitant d’employer uniquement du jargon — d’une façon qui permet aux gens de comprendre et de se sentir impliqués, cela suscite un grand intérêt.

« Fondamentalement, les gens s’intéressent au cosmos. » [traduction]

Pendant son séjour à l’Institut Périmètre, elle poursuivra ses travaux, qui se situent à la jonction de la théorie et de l’observation.

« Qu’est-ce que prédisent les équations? Que nous disent-elles sur la manière dont les choses devraient fonctionner dans le cosmos? Quelles sortes de télescopes ou d’expériences avons-nous pour tester ces théories? se demande-t-elle. J’essaie de travailler entre la théorie et l’expérimentation, dans l’espoir d’imaginer des façons originales de répondre à ces questions. » [traduction]

En mai prochain, Katie Mack prononcera à l’Institut Périmètre une conférence publique gratuite qui sera webdiffusée en direct; abonnez-vous à la liste d’envoi de l’Institut. La conférence sera également enregistrée et accessible dans YouTube.

Écoutez l’entrevue donnée par Katie Mack à l’émission Fresh Air de la radio anglaise de Radio-Canada.

Contenu connexe

Des chercheurs dans le domaine des ondes gravitationnelles se sont réunis à l’occasion du premier atelier scientifique tenu en personne à l’Institut Périmètre depuis le début de la pandémie.

/24 May 2022

Le consortium EHT (Event Horizon Telescope – Télescope Horizon des événements), équipe internationale de chercheurs de l’Institut Périmètre et d’une douzaine d’organismes partenaires, vient de dévoiler la première image du trou noir supermassif situé au centre de notre propre galaxie.

/12 May 2022

Nicole Yunger Halpern explique l’hommage qu’elle rend, en filigrane dans son nouveau livre, à son ancienne collègue du programme PSI.

/12 Apr 2022