Now reading: Comment des mathématiques étranges et anciennes ont pu résoudre des mystères de la nature
Menu
Fermer
Fermer

Comment des mathématiques étranges et anciennes ont pu résoudre des mystères de la nature

Cohl Furey, ancienne étudiante diplômée à l’Institut Périmètre, soupçonne que des nombres à 8 dimensions, appelés octonions, pourraient révéler des secrets de l’univers; et elle n’est pas la seule.

Lorsque Cohl Furey était étudiante diplômée à l’Institut Périmètre et à l’Université de Waterloo, elle est tombée sur des objets mathématiques tout à fait particuliers : des nombres à 8 dimensions, appelés octonions.

Découverts en 1843, les octonions étaient considérés comme fascinants mais sans utilité perceptible. Pourtant cela n’a pas été l’avis de tous.

Au cours des années, des chercheurs étudiant ces objets mathématiques se sont mis à soupçonner que ceux-ci avaient des liens profonds avec certains mystères au cœur même de notre univers.

Cohl Furey est la plus récente représentante de cette tradition. Comme l’explique ce long article publié dans le magazine Quanta, les travaux qu’elle poursuit à l’Université de Cambridge nous permettent de comprendre plus à fond les octonions, et pourraient rapprocher la physique fondamentale et les mathématiques pures.

Cohl Furey a déclaré au magazine Quanta : « Si ce projet de recherche était un meurtre à résoudre, je dirais que nous en sommes encore à recueillir des indices. » [traduction]

Lisez l’article paru dans le magazine Quanta et visionnez des vidéos de Cohl Furey sur les octonions.

Contenu connexe

Les mondes de la théorie et de l’expérimentation se sont rencontrés à l’Institut Périmètre à l’occasion d’une conférence conçue pour susciter des percées en physique à l’aide d’expériences à petite échelle.

/28 Sep 2017

Des chercheurs exploitent des idées étonnantes et des outils mathématiques issus de la théorie des cordes pour leurs travaux sur des matériaux étranges qui apparaissent dans des laboratoires de matière condensée.

/03 Juin 2014

Des chercheurs de l’Institut Périmètre viennent de résoudre un problème qui persistait depuis longtemps en théorie quantique des champs, en « découpant mathématiquement des bulles de savon en morceaux ».

/03 Juin 2014