Now reading: Des histoires fascinantes en provenance de la plus grande rencontre scientifique au monde
Menu
Fermer
Fermer

Participez au concours pour gagner un voyage au Grand collisionneur de hadrons du CERN, en Suisse!

Des histoires fascinantes en provenance de la plus grande rencontre scientifique au monde

Cette semaine, Boston est devenue un centre mondial de grandes idées, sur des sujets allant des trous noirs à la prévention de pandémies, en passant par la stimulation de l’intelligence et les insectes robots.

Des milliers de scientifiques, de journalistes et de décideurs se sont rassemblés pour la réunion annuelle de l’Association américaine pour l’avancement de la science (AAAS), la plus grande rencontre scientifique de la planète.

Un thème récurrent de la conférence a été l’importance des avancées scientifiques, plus grande que jamais à une époque où l’humanité a besoin de percées pour s’attaquer à des problèmes mondiaux, et où semble grossir une vague de sentiment antiscientifique.

Voici un aperçu de quelques recherches abordées pendant la conférence.

Un regard sans précédent sur l’univers

À l’occasion d’un petit-déjeuner de presse co-organisé par l’Institut Périmètre, l’astrophysicien Avery Broderick — de l’Institut Périmètre et de l’Université de Waterloo — a donné aux journalistes un aperçu du télescope EHT (Event Horizon Telescope – Télescope horizon des événements). Ce réseau mondial de télescopes reliés entre eux sera pleinement fonctionnel à compter d’avril et devrait bientôt fournir la toute première image d’un trou noir, tout en permettant d’étudier des questions fondamentales sur l’espace-temps.

Le télescope EHT – Avery Broderick

Des membres de plusieurs autres instituts scientifiques canadiens de premier plan accompagnaient M. Broderick. Tous ont expliqué comment leurs recherches établissent des liens entre théorie et expérimentation pour réaliser d’importantes découvertes à la rencontre de disciplines : Paul Schaffer, du laboratoire TRIUMF, a décrit la production d’isotopes radioactifs permettant de diagnostiquer et de traiter des maladies; Chithra Karunakaran, du Centre canadien de rayonnement synchrotron, a présenté l’utilisation du synchrotron pour la recherche en agriculture; Erica Caden, du laboratoire SNOLAB, a décrit divers projets de recherche en cours dans le milieu blindé du laboratoire installé à 2 kilomètres sous terre.

Des déchets radioactifs de laboratoire pourraient traiter le cancer

Au cours de son exposé lors du petit-déjeuner de presse, Paul Schaffer, du laboratoire TRIUMF, a décrit comment les déchets radioactifs accumulés par un laboratoire constituaient en fait un isotope médical rare pouvant peut-être détruire des cancers. Même si le domaine premier de TRIUMF est la physique nucléaire, il possède également une division des sciences de la vie, dirigée par M. Schaffer. Lui et son équipe se sont rendu compte que leurs recherches avaient un sous-produit intéressant : un isotope de l’actinium qui a démontré sa capacité de détruire des tumeurs.

Lisez l’article publié dans Motherboard et visionnez la conférence publique donnée sur le sujet par Paul Schaffer à l’Institut Périmètre en 2016 :

Conférence publique de Paul Schaffer : Get a Half-Life (Gagnez une demi-vie)

L’influence de la météo spatiale sur des élections

Il semble que le Soleil puisse fausser des élections sur terre, selon une communication de Bharat Bhuva, professeur de génie électrique à l’Université Vanderbilt. Lors d’une élection tenue dans une petite ville de Belgique, 4 000 votes supplémentaires ont été enregistrés dans les machines à voter électroniques. La cause : des rayons cosmiques ont atteint un nœud vulnérable du registre de la machine, causant la modification d’un bit et l’enregistrement des votes supplémentaires. Lisez l’article publié dans Motherboard.

Une démarche particulière accélère un insecte robot à 6 pattes

Des chercheurs ont découvert une manière simple d’accélérer le déplacement des insectes : modifier leur manière de courir. En général, lorsqu’ils courent, les insectes ont 3 pattes à la fois en contact avec le sol — démarche dite « en trépied » —, alors que les chevaux et d’autres vertébrés atteignent leur vitesse maximale avec seulement 2 pattes à la fois en contact avec le sol. Des chercheurs en robotique ont expérimenté cette démarche sur des insectes robots et ont effectivement obtenu une accélération du déplacement. Pour en savoir plus

Vous voulez éloigner les moustiques? N’utilisez pas de chandelles à la citronnelle

Dans une étude récente, un volontaire (courageux) a servi d’appât pour tester l’efficacité de près d’une douzaine de techniques visant à chasser les moustiques, depuis des aérosols jusqu’à des sons à haute fréquence. La plupart des chasse-moustiques n’ont pas répondu aux attentes suscitées par les étiquettes. Pour en savoir plus

Des formes de vie étranges dans des cristaux géants sous terre

Des créatures qui se développent en se nourrissant de fer, de soufre et d’autres corps chimiques ont été trouvées emprisonnées dans des cristaux géants, au fond d’une grotte mexicaine. Ces formes de vie microbienne sont très probablement nouvelles pour les scientifiques, et toujours actives après des milliers d’années de sommeil.

« Ces organismes sont restés en dormance mais viables depuis des temps géologiques et peuvent être libérés sous l’action d’autres processus géologiques » [traduction], affirme Penelope Boston, directrice de l’Institut d’astrobiologie de la NASA.

Lisez l’article publié dans National Geographic et visionnez une entrevue avec Penelope Boston, enregistrée à l’Institut Périmètre :

Des mondes étranges sous nos pieds : Penelope Boston, Ph.D., parle des grottes.

Contenu connexe

Moins prestigieux que les prix Nobel mais beaucoup plus amusants, les prix Ig Nobel récompensent annuellement des recherches qui se distinguent par leur caractère saugrenu.

/17 Oct 2019

Le 2 octobre, suivez en direct la conférence de Sir Martin Rees, Astronome royal. Il examinera la question de savoir si l’humanité peut relever les grands défis qui l’attendent.

/10 Sep 2019

Même s’ils emploient généralement le langage des mathématiques pour décrire la nature, les physiciens trouvent parfois que les idées se traduisent mieux en vers.

/17 Sep 2018