Now reading: Écoutez ces sons particuliers venus de l’univers
Menu
Fermer
Fermer

Écoutez ces sons particuliers venus de l’univers

La musique du cosmos peut être étrange, discordante ou étonnamment belle.

Space sounds

Vous êtes-vous déjà demandé à quoi ressemblent les sons de notre univers?

Si vous flottiez dans l’espace, vous n’entendriez pas grand-chose, et ce pour au moins 2 raisons importantes :

1. Comme il n’y a pas d’air dans l’espace, il n’y a rien qui permette la propagation des ondes sonores.
2. Si vous flottiez dans l’espace, vous ne seriez probablement pas en vie.

Mis à part ces petits détails, il est effectivement possible pour les scientifiques de simuler les sons de l’espace en convertissant en ondes sonores les émissions d’ondes radio et d’autres signaux. Les sons ainsi créés peuvent être discordants, étranges, souvent d’une grande beauté.

Alors mettez des écouteurs, installez-vous et découvrez la musique du cosmos.

Le chœur de chant de la ceinture de radiations de Van Allen

Même s’il peut sembler produire des sifflements d’oiseaux et d’insectes d’une forêt dense tropicale, ce « chœur » est formé en réalité par des ondes radios de la magnétosphère terrestre, émises par des électrons qui parcourent rapidement une trajectoire en spirale dans la ceinture de radiations de Van Allen. Ces signaux sont captés par les instruments des sondes de Van Allen, 2 satellites identiques en orbite autour de la Terre depuis 2012.

Les sons de l’espace captés par les sondes de la ceinture de radiations


Le « souffle » du LIGO

Ce souffle a été entendu dans le monde entier. En 2015, le LIGO a détecté la collision de 2 trous noirs, déclenchant la naissance de l’astronomie des ondes gravitationnelles. L’équipe du LIGO a converti le signal des ondes gravitationnelles en ondes sonores et a rendu le son plus aigu pour que tous puissent entendre la trace sonore d’un cataclysme datant de 1,3 milliard d’années. L’astrophysicienne Janna Levin a fait jouer l’enregistrement et en a expliqué la signification lors de la conférence publique qu’elle a prononcée en 2017 à l’Institut Périmètre.

Le souffle du LIGO, présenté par Janna Levin à l’Institut Périmètre


Le son des éruptions solaires

C’est très mauvais de regarder le Soleil en face. Par contre, l’écouter est plutôt inoffensif.

Le Soleil émet régulièrement, sous forme d’éruptions solaires, des particules chargées et des ondes électromagnétiques qui peuvent provoquer des aurores boréales et brouiller les transmissions radio. L’astronome amateur Thomas Ashcroft a capté en 2013 les conséquences audio d’une telle éruption. Dans cet extrait, on peut entendre une transmission radio d’une voix humaine (probablement celle d’un radio amateur) soudainement enterrée par les interférences dues à une éruption solaire.


Un bombardement par des éclats de comète

En 2011, alors que le vaisseau spatial Stardust de la NASA passait près de la comète Tempel 1, le bouclier protecteur a été bombardé par de la poussière et d’autres débris de la comète. Le moniteur de flux de poussière du vaisseau spatial a capté les impulsions sonores et électriques résultant de ce déferlement. L’extrait ci-dessous ne représente qu’une fraction de ce bombardement, qui s’est traduit par plus de 5 000 impacts sur une période de 11 minutes.

Rencontre d’un vaisseau spatial de la NASA avec la comète Tempel 1


La musique des étoiles à neutrons

Les étoiles à neutrons font partie des objets astronomiques les plus extrêmes et les plus fascinants (et ce pour plusieurs raisons). Certaines étoiles à neutrons projettent en tournant des faisceaux de rayonnement électromagnétique, comme le faisceau d’un phare émettant des impulsions à une certaine fréquence (d’où leur nom de pulsars). Converties en ondes sonores, ces impulsions peuvent ressembler au roulement lointain d’un tambour ou à un bourdonnement de plus haute fréquence. Victoria Kaspi, de l’Université McGill, a fait jouer un extrait de cette « musique céleste » lors de la conférence publique qu’elle a prononcée en 2016 à l’Institut Périmètre.

La musique des étoiles à neutrons, présentée par Victoria Kaspi à l’Institut Périmètre


Des trous noirs qui tourbillonnent

Lorsque 2 trous noirs tournent l’un autour de l’autre, dans une danse gravitationnelle qui les rapproche de plus en plus, ils compriment et étirent l’espace environnant d’une manière qui vous ferait vibrer les tympans et que vous pourriez donc entendre (si vous pouviez rester en vie en étant si près de trous noirs). Au cours de la conférence publique qu’elle a prononcée en 2017 à l’Institut Périmètre, Janna Levin a fait jouer plusieurs simulations des sons que l’on pourrait entendre si 2 trous noirs tournaient l’un autour de l’autre avant de finir par fusionner.

Le son de trous noirs en collision, présenté par Janna Levin à l’Institut Périmètre


Entendre la différence entre des théories

Parce qu’elles sont si compactes et intenses sur le plan gravitationnel, les étoiles à neutrons sont idéales en tant que cobayes pour tester le comportement de théories de la gravitation dans des situations extrêmes. Nestor Ortiz, postdoctorant à l’Institut Périmètre, et sa collaboratrice Raissa Mendez ont étudié les pulsations d’étoiles à neutrons pour mettre à l’épreuve la théorie dominante de la gravitation, à savoir la relativité générale d’Einstein, au regard d’une théorie modifiée appelée théorie tenseur-scalaire. Ils ont trouvé une nouvelle famille de fréquences d’oscillation non prédites par la théorie d’Einstein — un développement singulier qui pourrait nécessiter des modifications à la relativité générale si de telles oscillations étaient détectées de manière expérimentale. Les chercheurs ont créé des simulations audio qui, même si elles ne sont pas particulièrement mélodieuses, illustrent clairement les différences entre les 2 modèles.

Les sons de la gravitation : entendre la différence entre des théories


Le Big Bang lui-même

En 2003, à partir de données de la mission WMAP, John Cramer, professeur à l’Université de l’État de Washington, a lancé ce que l’on pourrait considérer comme le premier disque monoplage du commencement de l’univers. Dix ans plus tard, en utilisant des données de la mission Planck de l’Agence spatiale européenne, il a fait paraître un nouvel enregistrement. D’une certaine manière, ce que l’on entend est l’univers entier — une simulation sonore des 760 000 années qui ont suivi le Big Bang, alors que l’univers était suffisamment dense pour transporter des ondes sonores. Le son devient de plus en plus grave à mesure que l’univers s’étend et que sa densité diminue.

Le son du Big Bang
Le plus grand interféromètre laser jamais construit

Contenu connexe

During a live webcast on Wed. March 1, 2017, NASA astrophysicist Amber Straughn provided a behind-the-scenes look at the powerful James Webb Space Telescope, and explained how it may help humanity answer some of its deepest questions.

/08 Fév 2017

La vérité est dans les étoiles : table ronde sur la science et la créativité Le mercredi 14 juin 2017 Webdiffusion en direct : 20 h 30, heure de l’Est La webdiffusion sera accessible à partir de cette page. Notre société a-t-elle la capacité de réaliser la vision optimiste et inclusive de Star Trek en ce qui concerne l’avenir de […]

/18 Mai 2017

The 2017/18 season of the Perimeter Institute Public Lecture series kicks off October 4 with cosmologist Erik Verlinde explaining why gravity may be profoundly different than what was proposed by Newton and Einstein.

/06 Sep 2017
en vedette

Aucun article en vedette

instagram takipçi satın al, instagram oto beğeni satın al, Instagram Takipçi, takipçi satın al, oto beğeni satın al, instagram beğeni satın al, instagram aylık beğeni al, Instagram İzlenme Satın Al, instagram takipçi hizmetleri, Instagram 1k Takipçi Hilesi, instagram 5000 takipçi hilesi, instagram takipçi arttırma, instagram hashtag, hashtag,