Now reading: La physique sans crainte
Menu
Fermer
Fermer

La physique sans crainte

Un camp en ligne aide les enseignants à trouver de nouvelles manières d’enseigner la physique.

Photo of a laptop computer with a zoom screen filled with many participants

Une chercheuse disparaît mystérieusement, avec les codes secrets de lancement d’un nouveau satellite de communication. Un groupe d’enseignants se bute au journal privé de la scientifique qui manque à l’appel, rempli de notes cryptiques donnant des indices possibles sur l’endroit où elle se trouve. Ils travaillent ensemble le plus vite possible pour résoudre les énigmes dont les secrets semblent liés au domaine de la physique des particules.

« Dans son journal, il y avait de petits détails comme des papillons autocollants placés à des angles très précis », dit Hayley McKay, enseignante de sciences à l’école secondaire de Sundre, en Alberta, qui a participé à l’exercice. « Nous avons eu un indice sur le lien entre un antiquark et l’un de ces angles, et à partir de là nous avons pu remonter pour avoir une idée de ce qui s’était passé. » [traduction]

Cette activité d’enquête, intitulée Igniting the Orbitron (Mettre l’Orbitron en marche) a été l’une des activités les plus populaires du camp en ligne pour enseignants organisé cette année. Ce camp, qui fait partie des activités de diffusion des connaissances de l’Institut Périmètre, aide des enseignants de toutes les régions du Canada et du monde entier, comme Mme McKay, à parfaire leurs capacités à intéresser les élèves aux idées les plus récentes de la physique théorique.

Ce camp en ligne est issu d’EinsteinPlus, camp annuel en personne qui amène généralement chaque année à Waterloo de 40 à 50 enseignants venus apprendre en travaillant ensemble. Une version en ligne des ateliers a été élaborée pendant la pandémie, ce qui s’est traduit par certains avantages, dont celui de faciliter la participation d’enseignants étrangers.

« Tant de cerveaux de partout dans le monde, c’était extraordinaire, et aussi intimidant au début, dit Mme McKay. Mais la dernière séance est venue trop vite. Je ne voulais pas que ça se termine. » [traduction]

Les séances portaient sur des sujets difficiles, allant des trous noirs à la dualité onde-particule. Des experts faisaient des exposés pour mettre les participants au courant de l’état actuel de la science, et des spécialistes de l’enseignement de la physique animaient l’étude d’activités pratiques, d’outils d’enseignement, de gadgets et de stratégies pédagogiques conçues pour rendre ces idées pertinentes et accessibles aux élèves.

« Des programmes comme le camp en ligne pour enseignants et EinsteinPlus permettent à de nouvelles idées scientifiques de circuler jusque dans l’imagination de millions de jeunes élèves », déclare Tonia Williams, de l’Institut Périmètre, membre de l’équipe d’organisation du camp. « Nous souhaitons que les participants retournent dans leurs classes en se sentant confiants et enthousiastes à propos de ce qu’ils ont à enseigner. » [traduction]

Mme McKay a étudié la chimie et la biologie à l’université avant de devenir enseignante. Elle est venue pour la première fois à l’école de Sundre pour remplacer Ryan Beck, enseignant d’astronomie et de physique apprécié, coordonnateur régional du réseau des enseignants de l’Institut Périmètre et lauréat en 2020 d’un prix d’excellence en enseignement de la physique. Le même jour où il a reçu cet honneur, M. Beck a aussi appris qu’il était atteint d’un cancer en phase terminale. Lorsqu’il n’a plus été capable d’enseigner, Mme McKay l’a remplacé.

Ryan Beck a fait connaître à Mme McKayy les trousses pédagogiques de l’Institut Périmètre, ce qui l’a amenée à participer au camp en ligne pour enseignants. Elle voulait être plus à l’aise et confiante en physique, afin de pouvoir mieux transmettre cet enthousiasme à ses élèves.

« En 10e année, la physique est la matière que tout le monde appréhende et qui peut être difficile à enseigner, dit-elle. On peut s’embourber dans l’aspect mathématique, mais la physique ne se limite pas aux mathématiques. Les animateurs du camp étaient très désireux de soutenir les participants, peu importe leur niveau. Et comme nous étions en ligne, nous avions accès à un outil de clavardage pour obtenir des explications et clarifications pendant les exposés. » [traduction]

Les participants au camp auront un accès permanent à des activités telles que Igniting the Orbitron (Mettre l’Orbitron en marche), qui constituent des manières intéressantes et amusantes d’aborder la physique théorique. Par ailleurs, Hayley McKay constate aussi que le camp continuera de bien d’autres manières à l’aider à progresser comme enseignante.

« Les animateurs sont vraiment brillants; leurs plans de cours et leurs trousses sont tout à fait éprouvés, dit-elle. À la fin de l’activité, nous avons tous eu l’occasion de remplir un document pour rester en contact les uns avec les autres. Quelques enseignants voyageront au cours des prochaines années, de sorte que des rencontres en personne seront possibles. Tout le monde était très amical, et les contacts avec des enseignants du monde entier ont été absolument extraordinaires. » [traduction]

Contenu connexe

Vous n’avez pas besoin d’un énorme collisionneur de particules pour faire de la physique très intéressante.

/13 Mar 2016

Que vous soyez de retour à l’école ou simplement en train de remettre votre cerveau en marche après un été de détente, voici un guide pratique des événements récents dans le monde de la physique.

/29 Août 2018

EinsteinPlus aide des enseignants à donner vie à des concepts de physique moderne dans des classes du monde entier.

/22 Août 2016