Now reading: Selon Neil Turok, le meilleur est à venir pour la science et pour l’Institut Périmètre
Menu
Fermer
Fermer

Participez au concours pour gagner un voyage au Grand collisionneur de hadrons du CERN, en Suisse!

Selon Neil Turok, le meilleur est à venir pour la science et pour l’Institut Périmètre

Nous sommes motivés par notre curiosité insatiable et notre admiration envers la beauté et la simplicité démesurées inhérentes à la nature.

J’ai eu le bonheur d’être à la tête de l’Institut Périmètre pendant une dizaine d’années. Ce fut la chance de toute une vie, un défi exaltant et un énorme privilège que de diriger une équipe aussi dévouée et bien disposée. Ensemble, nous avons construit un corps professoral, une communauté scientifique et une culture dont la vision et l’ambition sont d’après moi uniques en leur genre. Nous nous encourageons les uns les autres, et surtout nos jeunes, à ne pas avoir peur de chercher des réponses aux questions les plus difficiles. Ensemble, nous créons un institut de recherche d’un type nouveau dans le monde. Je parle au présent parce que, selon moi, notre travail vient seulement de commencer.

Quand je suis arrivé à l’Institut Périmètre, la région de Waterloo était encore peu connue comme centre mondial de physique. Cela a beaucoup changé. Le prix Nobel attribué cette année à Donna Strickland, de l’Université de Waterloo, pour la découverte extraordinaire de l’amplification par compression d’impulsions qu’elle a faite pendant ses études de doctorat, donne un élan extraordinaire à nos efforts collectifs.

Nous avons également eu l’honneur d’accueillir Jocelyn Bell Burnell, lauréate cette année du Prix spécial du progrès scientifique pour sa découverte des pulsars, qu’elle a réalisée elle aussi pendant ses études supérieures. Dans un geste qui lui ressemble bien, elle a fait don de son prix pour soutenir des doctorants appartenant à des groupes sous-représentés. Ce fut vraiment particulier de recevoir en même temps Donna et Jocelyn pour célébrer leurs réalisations et annoncer un nouvel ensemble de bourses postdoctorales aux noms prestigieux avant la conférence publique de Jocelyn.

En physique comme dans tous les autres domaines, les jeunes représentent l’avenir. Leur fraîcheur et leur absence de préjugés apportent une énergie nouvelle et sont source de pensée critique. Il est essentiel que nous remettions continuellement en question les fondements de la physique. Pour ce faire, la jeunesse et la diversité constituent notre plus grande source de vitalité.

Ce n’est pas un hasard si Donna et Jocelyn ont toutes deux réalisé leurs percées à un jeune âge. Les débutants ne voient pas les obstacles qui découragent les autres. Un étudiant en 1ère année de maîtrise peut déclencher une révolution en soulevant une question ou en inventant un nouveau procédé.

L’un des premiers gestes que j’ai posés en tant que directeur de l’Institut Périmètre a été d’ouvrir l’Institut aux étudiants. Le programme de maîtrise PSI (Perimeter Scholars International – Boursiers internationaux de l’Institut Périmètre) a commencé en 2009. Nous avons fait en sorte de recruter des étudiants exceptionnels dans le monde entier, de les exposer à tous les volets de la physique théorique et de les encourager à devenir chercheurs. Le programme PSI est devenu, selon tous les critères de mesure, le programme de maîtrise le plus recherché et le plus performant en physique théorique au monde.

Notre programme postdoctoral occupe lui aussi une place importante. Alors que d’autres vont de plus en plus vers des postdoctorats fondés sur des projets, nous faisons le contraire. Nous encourageons les postdoctorants à définir leur propre parcours, et à travailler avec qui et sur quoi ils veulent. Nos nouvelles bourses aux noms prestigieux — 7 d’entre elles ont été annoncées jusqu’à ce jour — soutiennent leurs récipiendaires tout en rendant hommage aux sommités qui les ont précédés. L’Institut Périmètre est fier de compter le plus grand nombre de postdoctorants indépendants au monde.

Nous parions sur des gens qui sortent de l’ordinaire. Nous avons admis dans le programme PSI des étudiants qui sortaient tout juste du secondaire et nous avons embauché un professeur immédiatement après l’obtention de son doctorat. Tous n’ont pas à être précoces, mais nous devons être ouverts à ceux qui le sont. Nous avons recruté de purs mathématiciens pour qu’ils enrichissent les travaux de nos physiciens en interagissant avec eux. Nous avons embauché des spécialistes de l’analyse avancée de données pour traiter les torrents de nouvelles données fournies par les appareils qui sondent le cosmos. C’est très enthousiasmant de voir maintenant le succès de ces paris, que ce soit dans le nouveau radiotélescope canadien CHIME, les progrès rapides de l’astronomie multimessage ou la recherche de la matière sombre. Dans tous ces domaines, l’Institut Périmètre ressort comme un chef de file mondial.

Les professeurs de l’Institut Périmètre ont remporté jusqu’à maintenant 5 prix Nouveaux horizons, les plus richement dotés pour de jeunes physiciens, remis par la Fondation Breakthrough (dont le nom a été inspiré par une conversation qui a eu lieu ici, à l’Institut Périmètre). Il y a un an, le fondateur m’a appelé pour me dire : « Comment faites-vous? Vos jeunes chercheurs ne cessent de remporter nos prix! » [traduction]

La recette est simple : être à l’affût de jeunes scientifiques originaux, passionnés et innovateurs; leur donner le temps, la liberté et le soutien dont ils ont besoin pour se concentrer sur le sujet de leur choix, pour explorer des avenues non conventionnelles avec perspicacité et une attention non détournée. Comme nous devrions tous le faire. Car aussi étonnant cela puisse-t-il être après des siècles de découvertes qui ont transformé la société, nous avons à peine effleuré la surface de la physique et des possibilités qu’elle nous offre.

Nous devons faire preuve de plus d’efficacité et d’efficience, pour non seulement réaliser des percées scientifiques, mais aussi communiquer à tous la magie et les merveilles de la connaissance de l’univers. D’innombrables jeunes talents sont perdus parce qu’ils n’ont jamais été stimulés. La double mission de l’Institut Périmètre — le progrès scientifique et sa diffusion auprès de millions d’étudiants et du grand public — en fait une force positive de progrès en ces temps incertains et angoissants.

Notre équipe exceptionnelle de diffusion des connaissances a organisé des festivals spectaculaires — Du quantum au cosmos en 2009, Convergence en 2016, ainsi qu’Innovation150 qui a traversé le pays en 2017.

Chacun de ces festivals a été une fête originale et stimulante pour les élèves, les enseignants et les esprits curieux de tous âges. Selon moi, on peut dire sans exagérer que l’Institut Périmètre contribue à définir le Canada comme un pays où les nouvelles idées sont accueillies dans un esprit d’internationalisme, d’ouverture et d’entreprise ainsi qu’avec espoir pour l’avenir.

Nous sommes motivés par notre curiosité insatiable et notre admiration envers la beauté et la simplicité démesurées inhérentes à la nature. En faisant connaître les joies de la découverte et les possibilités qu’elle ouvre, en accueillant des talents de tous les horizons, l’Institut Périmètre montre au monde entier ce qui est possible.

Au cours de la dernière décennie, l’Institut Périmètre est devenu une institution importante. Tout en grandissant et en visant les plus hauts sommets, nous devons continuer de travailler avec plaisir et enthousiasme. Jusqu’à maintenant, le temps a passé vite et le voyage a été merveilleux! Et ce n’est qu’un début.

Contenu connexe

Le 19 novembre 2013, les conférences Ramsay de Toronto accueilleront Neil Turok, directeur de l’Institut Périmètre, qui exposera comment la puissance de l’esprit humain arrive à révéler les secrets profonds de la nature et comment ces connaissances fondamentales font avancer le progrès.

/30 Juil 2014

It has been another illuminating year at Perimeter Institute.

/16 Déc 2016

Le cosmologiste Neil Turok nous fait part de ses réflexions sur la vie, l’œuvre et la curiosité insatiable de son collègue et ami Stephen Hawking.

/01 Juin 2018