Now reading: Vers la « prochaine révolution astronomique »
Menu
Fermer
Fermer

Participez au concours pour gagner un voyage au Grand collisionneur de hadrons du CERN, en Suisse!

Vers la « prochaine révolution astronomique »

« Les espoirs sont grands d’ouvrir une nouvelle ère de l’astrophysique » [traduction], peut-on lire dans un article d’Astronomy Magazine à propos du Centre de recherches de l’Institut Périmètre sur l’univers.

Nous ne savons pas tout à propos de l’univers, mais sur bien des points nous savons ce que nous ne savons pas.

« Les lacunes de nos connaissances sont bien définies », écrit Tyler Krueger dans un article paru récemment dans Astronomy Magazine, et de nouvelles avenues de recherche ont « un fort potentiel de donner des réponses » [traduction].

Selon M. Krueger, l’astrophysique entre maintenant dans une nouvelle phase passionnante, au cours de laquelle la théorie fondamentale et des expériences de pointe aideront à combler les lacunes de nos connaissances actuelles, et peut-être à répondre à certaines des questions les plus persistantes de l’humanité sur les origines, le fonctionnement et le devenir du cosmos.

« Tout ce qu’il nous faut, c’est peut-être une équipe de chercheurs capable de percer ces mystères et de transformer très probablement du tout au tout l’astrophysique et la cosmologie. » [traduction]

L’auteur écrit qu’une telle équipe est justement en train d’être mise sur pied à l’Institut Périmètre, dans le cadre de son Centre de recherches sur l’univers, pôle de recherche interdisciplinaire inauguré en novembre dernier.

« Formée de scientifiques doués, cette équipe de rêve […] étudiera diverses notions de physique et d’astronomie, telles que la matière sombre, l’énergie sombre, les trous noirs et le Big Bang. » [traduction]

L’article d’Astronomy Magazine présente un certain nombre de scientifiques membres du Centre de recherches sur l’univers, dont Neil Turok (le directeur du Centre), Ue-Li Pen, Asimina Arvanitaki, Will East et Kendrick Smith.

« Certains ont dit très récemment que tout ce qui était faisable a été déjà essentiellement réalisé, et que nous ne comprendrons pas grand-chose d’autre, déclare Neil Turok dans l’article. Nous sommes enthousiasmés par la perspective de prouver qu’ils ont tort, grandement tort. » [traduction]

Lisez l’article intégral dans Astronomy Magazine.

Contenu connexe

Alors que nous entrons dans une nouvelle année scientifique, voici une occasion de revivre de grands moments de 2018 en sciences et d’en découvrir quelques autres.

/08 Jan 2019

Quoi de mieux pour célébrer la Journée internationale des femmes que de mettre chez soi 3 nouvelles affiches sur des pionnières de la science?

/07 Mar 2019

Le 17 avril, dans une conférence publique spéciale webdiffusée, Lee Smolin emmènera son auditoire dans un parcours des fondements de la physique quantique.

/28 Mar 2019