Now reading: Le blues des trous noirs et autres chants de l’espace lointain — Conférence publique de Janna Levin
Menu
Fermer
Fermer

Le blues des trous noirs et autres chants de l’espace lointain — Conférence publique de Janna Levin

Le mercredi 3 mai 2017, à 19 h HAE

Webdiffusion en direct accessible à partir de cette page

Il y a plus d’un milliard d’années, deux trous noirs sont entrés en collision. Dans la dernière seconde de leur longue vie commune, les trous noirs ont produit un rythme semblable à celui de baguettes sur un tambour, créant des ondes gravitationnelles — ondulations dans le tissu de l’espace-temps.

Il y a un siècle, Albert Einstein a prédit l’existence de telles ondes, même s’il était improbable — sinon carrément impossible — que nous puissions jamais les détecter. On a longtemps considéré que les ondes gravitationnelles étaient trop faibles pour être mesurées sur terre.

Ne se laissant pas décourager, les expérimentateurs étaient déterminés à mesurer ces minuscules ondulations. Au bout de plusieurs décennies de travail et de collaboration, ils ont construit le LIGO (Laser Interferometer Gravitational-Wave Observatory – Observatoire d’ondes gravitationnelles par interféromètre laser). Cet instrument incroyablement perfectionné et sensible a été conçu pour écouter les battements de ce lointain tambour. En 2015, un milliard d’années après la collision des deux trous noirs en question, les ondes gravitationnelles résultant de cette collision sont passées dans les détecteurs du LIGO situés en Louisiane et dans l’État de Washington.

Grâce à ces nouveaux observatoires remarquables, nous pouvons maintenant entendre la bande sonore qui accompagne le film muet de l’histoire de notre univers.

Dans sa conférence publique du 3 mai, qui sera webdiffusée en direct de l’Institut Périmètre, Janna Levin, de l’Université Columbia, expliquera cette « découverte du siècle » et sa signification pour l’avenir de la science.

Janna Levin

Janna Levin a le titre de professeure Tow de physique et d’astronomie au Collège Barnard de l’Université Columbia. Ses recherches portent sur les trous noirs, la cosmologie des dimensions supplémentaires et les ondes gravitationnelles dans le tissu de l’espace-temps. Mme Levin est également directrice des sciences à Pioneer Works. Elle a publié l’ouvrage How the Universe Got Its Spots (Comment l’univers est devenu tacheté) et le roman A Madman Dreams of Turing Machines, traduit en français sous le titre Un fou rêve de machines de Turing, qui lui a valu le prix PEN/Bingham. Elle a récemment obtenu une bourse Guggenheim. Son ouvrage le plus récent, intitulé Black Hole Blues and Other Songs from Outer Space (Le blues des trous noirs et autres chants de l’espace lointain), raconte les dessous de la découverte du siècle : le son de l’espace-temps résonnant après la collision de deux trous noirs survenue il y a plus d’un milliard d’années.

Contenu connexe

Des physiciens du monde entier continuent de faire part de leurs recherches et de former des communautés scientifiques dans des conférences virtuelles. Mais que perd-on et que gagne-t-on avec ces activités en ligne? Les citations de cet article sont traduites d’entrevues en anglais avec Theo Johnson-Freyd, Stephanie Mohl, Bianca Dittrich et Silke Weinfurtner.

/28 Juil 2020

Des chercheurs de l’Institut Périmètre essaient de savoir jusqu’à quel point on peut modifier la relativité générale tout en continuant d’aboutir à l’univers que nous observons. Comment font-ils? Ils ajoutent des « cheveux » aux trous noirs.

/17 Mar 2014

Auteur, mentor et chercheur de renom, Carlo Rovelli occupe un nouveau poste à titre de chercheur invité distingué de l’Institut Périmètre. Fondateur d’un domaine de recherche, il a de nouvelles idées sur le sort ultime des trous noirs.

Les citations de cet article sont traduites d’une entrevue qu’il a accordée en anglais.

/26 Fév 2020
en vedette

Aucun article en vedette